21.6.09

Exercice de style

Sur un sujet complexe, une forme de boutade, appelée par un post de Traou qui comporte un paragraphe sur la Belgique : d'après elle, le problème a été résolu par une loi très antérieure interdisant de circuler à visage découvert.

Etant donné que les députés viennent d'adopter une loi anticagoule,
tâchons d'imaginer ce qui va se passer sur le plan juridique, si des femmes voilées décident de manifester contre un projet de loi contre la burqa, avant l'adoption de cette dernière?

Faites un dessin.

11 commentaires:

JEA a dit…

Pour manifester, les scaphandriers devront porter leur casque à la main...

anita a dit…

Eux aussi se sentent asphyxiés?

Gilsoub a dit…

Notre bon et beau (et grand et tout et tout) législateur y a pensé, voyons:

"Les dispositions du présent article ne sont pas applicables aux manifestations conformes aux usages locaux ou lorsque la dissimulation du visage est justifiée par un motif légitime. "

Mais vaut mieux aller voir chez Eolas, il explique tout bien pourquoi cette loi est inapplicable :-)

Je me demande si le foulard imbibé de Bicarbonate de soude pour lutter contre les lacrymos, c'est un motif légitime?

Valérie de Haute Savoie a dit…

Gilsoub du Bicarbonate ? Je me souviens de Malville et des citrons que l'on se pressait sur le visage qui malgré cela nous brûlait épouvantablement !

J'exècre ce que véhicule la Burka, et je trouve une fois de plus que le gouvernement fait des lois, sans réfléchir plus loin que leur désir de ne pas perdre les voix du front national.

Anna a dit…

Je dis ça comme ça, les CRS sont souvent en groupe, et ils sortent parfois le visage masqué, ça fait peur.
Pas autant que ces hordes d'enfant, le visage masqué, lors de cette manifestation barbare qu'ils appellent "carnaval", cela dit.

newsolitude a dit…

(Tu veux dire "interdisant de circuler à visage couvert" et non pas découvert !! – ce serait drôle ;-) –).

À Madrid, en mars 1766, à cause d'une loi semblable qui prétendait éradiquer l'usage de la cape longue et du chambergo (chapeau aux bords très larges) (avec lesquels on se couvrait le visage et on pouvait commettre toute sorte de délits – prétendait-on) il y eut une révolte populaire appelée le motín (émeute) d'Esquilache (ou Squilacce, ministre du roi Charles III d'origine italienne). (Wikipédia en anglais et en espagnol).

Beaucoup de peintres ont immortalisé cet épisode de l'histoire espagnole (bien connu ici) ; je te propose donc comme dessins :

Cette gravure qui représente des huissiers en train de couper des capes et des chapeaux dans les rues madrilènes.

Le tableau de Goya (1766-67).

Un tableau de José Martí (1864) dans le musée du Prado.

P.S. Finalement, le "remplaçant" d'Esquilache (qui fut limogé à cause de l'émeute), le comte d'Aranda, réussit à imposer le nouvel usage vestimentaire soutenu par Esquilache, mais sans promulguer aucun décret : il convainquit d'abord les nobles et les artisans à bannir cette tenue, et ensuite il imposa celle-ci aux bourreaux (le peuple voulut tout naturellement imiter les premiers et pas ces derniers !).

--Pablo

Otir a dit…

Ahahah Pablo ! Je trouve que tu as magnifiquement illustré cet exercice de style ! Je m'enchante chaque jour de plus en plus de cette "affaire" et je me réjouis d'en découvrir toujours plus de détours.

Du pain sur la planche pour ces députés qui se sont laissé jusqu'au 30 novembre prochain pour rendre leurs avis... je leur souhaite d'autant s'amuser que moi. Quoi que...

anita a dit…

Huhu Pablo! merci pour la correction. C'est bien évidemment à visage couvert.
Et ton parallèle est très
intéressant : à qui refiler la burqa ou le niqab pour en dégoûter le populo?
A nos députés? (En bure, la burqa!)

Oui, Otir, je crois que sur le plan technique, ça va être assez rigolo.

Tili a dit…

Que notre bien aimé président, celui "dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom" s'en couvre, cela sera efficace !

Marianne a dit…

Pour moi , c'était lifting ou burka , j'ai opté pour la burka c'est moins onéreux .En plus on peut varier les couleurs , les sigles , une burka avec un sigle front national pour relancer le débat .

l'âne Onyme a dit…

Je le dis, je le répète : il est anormal de voir des personnes affublés de gros nez rouges faire les pitres n'importe où.
Autrefois, ils se contentaient de rester dans un univers clos, circulaire, mais à présent on peut en voir dans les rues. Sarkozy, que fait ta police ?