15.4.08

Aujourd 'hui : rien.

Je crois que le truc le plus obscène que j'aie récemment vu, c'est ce journal qui propose de suivre sur sa carte gougueul , les émeutes de la faim dans le monde.

9 commentaires:

Oxygène a dit…

Je viens cliquer chez toi avec encore plus de plaisir maintenant que je connais l'utilité de ces clics. Quant à l'obcénité de la presse... J'en ai eu un exemple, hier, dans l'émission "l'Hebdo" de Ô télévision (RFO) qui attendait impatiemment la mort d'Aimé Césaire pour en informer les auditeurs. Hé oui, la nécro doit être prête et RFO ne veut pas se faire piquer le scoop.

Valérie de Haute Savoie a dit…

Lorsque j'ai lu le titre j'étais sûre que c'était une référence à ce qui se passe en ce moment. Je disais hier à mon mari, le monde s'écroule... et l'on continue notre vie comme si de rien n'était.

BC a dit…

Surprise...ce matin en venant ici ....j' avais prévu une barque qui coule, en pensant à notre terre . Du coup, je me suis permise de te mettre en lien .....parce qu' il y a un lien avec ton "rien" .
Bonne journée ...ensoleillée :-))

anita a dit…

@Oxygène: mmmhhh? C'est encore un mort rentable Césaire? L'a fait combien au top 50?
@Valérie : il était une fois un bateau nommé Titanic... Voir chez BC, sa très belle photo...

Moukmouk a dit…

Parfois je me demande si c'est le début de la vraie crise alimentaire dont je parle depuis 10 ans, ou si ce n'est que l'effet d'une spéculation aussi odieuse et obscène et qui compte le nombre d'émeutes en se demandant si c'est le temps de vendre ou bien si on attend encore un petit peu.

C'est certainement le début d'un processus qui changera notre façon de voir le monde.

anita a dit…

J'ai exactement le même genre de doutes.

Marianne a dit…

L'immonde aurait été de lier l'évolution des émeutes avec l'évolution des cours de la bourse sur les matières premières.

Fauvette a dit…

Je ne sais pas qui a trouvé l'expression "émeutes de la faim"... Maintenant, on lit, on entend, on voit.. Et cela devient juste une info, entre eux pubs...

Fauvette a dit…

L'édito du Monde de ce soir : Les Tartuffes de la faim. Bien dit.