11.12.06

Danse avec les veaux.


Au marché de Saint Christophe en Brionnais, il y a quinze ans, les acheteurs de bestiaux portaient des blouses bleues. Ou bien étaient-elles grises?
Au marché de Saint Christophe en Brionnais, les vendeurs appuyaient leur menton sur un bâton noueux.
Les yeux fixaient le vide.
Les mains effleuraient la croupe d'une vache, négligemment.
Les blouses bleues faisaient un tour, puis deux.
On se saluait par une banalité. Discrètement, le regard s'accrochait. La main, sur le flanc de la bête se faisait plus précise. On exprimait un intérêt poli, sans plus, en passant de bon aloi.
Le troisième tour était plus rapide, plus précis, l'échange verbal plus fourni. Mais là encore, la blouse s'éloignait. Moins loin toutefois.
Au quatrième tour, la danse rituelle n'était plus qu'une oscillation d'un pied sur l'autre.
Ils hésiteront encore, puis largement, se taperont dans la main.

Quand je regarde les mails de cette amitié bloguesque, qui prochainement, bientôt-oh encore un petit tour- aboutiront à une vraie rencontre, j'y retrouve les mêmes entrelacs que ceux du marché au bestiaux de Saint Christophe en Brionnais.
L'intérêt d'abord soigneusement mesuré, la fausse indifférence, la semi-roublardise plus affichée que réelle (encore que?), les esquives qui ne furent jamais des dérobades, l'exigence sous jacente de l'honnêteté sans laquelle le jeu n'aurait plus de sens.
Oui, l'affaire se conclura, et probablement, à la tape dans la main succédera la libation d'alliance. Enfin, un café, s'il vous plait- car pour tout dire, le coteaux du Roannais et la queue de boeuf à dix heures du matin, il faut être à Saint Christophe, dans l'odeur chaude et moelleuse des bestiaux pour pouvoir les supporter.
Nous n'aurons aucun problème pour nous reconnaître. Je vais de ce pas faire l'acquisition d'une blouse bleue. Ou grise.

3 commentaires:

Still a dit…

Bonne idée... la blouse bleue de reconnaissance :-)

Ab6 a dit…

Quelle superbe note.

anita a dit…

AB6: meuhr6