27.9.09

Sourdine


Cet après-midi, l'eau était transparente comme un ruisseau de montagne, guère plus froide qu'en Aout. Elle était bleue à l'Est. A l'Ouest, son éblouissant gris de lame rendait les baigneurs et les rochers d'un noir profond et faisait plisser les yeux.

Est-ce mon dernier bain de l'année?

En rentrant, j'ai écouté la Rue Kétanou. C'est toujours un plaisir. Et une nostalgie. Cet été a réveillé un très ancien désir des mots qui consolent. Comme je comprend l'envie toujours vivace de mettre une chanson au cœur, sans plus qu'en passant.
Je chante si mal que j'en fais une menace plaisante à celui qui sert me un verre en trop. Mais je chante mal comme on est laid : en sachant bien qu'au fond, tout au fond de soi, il y a forcément quelqu'un d'autre, un être sublime et méconnu qui a échappé à la malédiction de la fée. C'est juste qu'on attend une autre vie pour le montrer.

D'ailleurs, moi, en vrai, je suis longue, brune, je déchire un accordéon trash-guinguette et je vous arrache des larmes et des embruns au ventre. J'ai une très longue jupe effrangée et le soir, je cueille, dans les plis, les émotions que j'ai chalutées en vous effleurant comme pour jouer.

Jusqu'à ce que j'éteigne la chanson.

Un beau dimanche, clair et un peu vain.

14 commentaires:

Valérie de Haute Savoie a dit…

Un des profs de musique de ma fille m'avait dit un jour, "Personne ne chante faux, c'est juste qu'on ne leur a pas appris comment il fallait faire". Effectivement, peu de temps après j'ai entendu une ancienne casserole chanter tout à fait plaisamment ;)

Les chansons sont très souvent des douceurs à mes peines.

JEA a dit…

Claude Nougaro :

- "Chanter dans l’noir pour ne pas avoir peur
Unique espoir pour un homme de couleur."
(le "homme" au masc. gram. of course)

Cristophe a dit…

Vain ? Non. Il aura occasionné un petit plaisir de lecture ici.

Marianne a dit…

Rien n'est vain , ce serait trop triste ! bel autoportrait

Agaagla a dit…

Je connais bien un prof de musique (mais pas en Haute-Savoie) qui dit en gros la même chose que celui de la fille de Valérie et qui rajoute qu'on a le plus souvent peur de chanter, que si on avait moins peur, on pourrait chanter mieux...

Je connais bien quelqu'un d'autre qui à quinze se définissait comme «réfractaire à la musique» et qui chante depuis cinq ans - il en a trente - dans la chorale du premier, et qui régulièrement m'émerveille, il chante de mieux en mieux et n'hésite même plus à se porter volontaire-soliste !

Et la Rue Ketanou, baume et révélation de l'entre-les-deux, c'est plus que du plaisir pour moi, c'est un morceau de vie, d'énergie et de consolation.

Quant à toi (quant-atrice), longue, brune, je ne sais pas, mais nous arrache des larmes et des embruns au ventre, oh oui, souvent. Tes mots ont souvent le rythme et l'émotion de chansons droit au cœur.

anita a dit…

Vous êtes, comme toujours, très gentils. En ce qui concerne mes qualités vocales, j'ai toujours entendu des profs de chants me dire que personne ne chantait vraiment faux.
Mais c'était avant de m'entendre :-)

Et la rue kétanou, ouais, Agaagla c'est vraiment trop bien. Tu sais, le bruit que fait la première bouchée de crêpe complète dans un estomac vide, quand tu as miséré pour atteindre le port? Pareil.

la bacchante a dit…

"arracher des embruns au ventre"...

Boutoucoat a dit…

Pourquoi vain ....pas pour nous, à lire ce billet !

Yves a dit…

Le commentaire... comment il va...
Je viens de lire le billet. Clique sur "Ajouter un commentaire". En ces lieux – c'est poétique – on ajoute un bois flotté. Vague idée de ce que je vais écrire. Ça pourrait s'effilocher à partir de "vain". Lis les traces des passages précédents. Beaucoup autour de ce dimanche vain. Qui se ressemble lit les mêmes mots – famille choisie.
Dimanche un peu vin. Vas-tu chanter ?
Est-ce mon dernier commentaire de l'été qui n'en finit pas ? J'aurais peut-être dû faire un dessin.

JEA a dit…

Le prof de musique aux gosses entrant dans sa classe :
- "aujourd'hui, nous avons au menu des sourdines à l'huile..."

Moukmouk a dit…

Allons ta mauvaise fée avait oublié ses mauvais sort chez elle, ses tentatives n'ont pas eu de résultat.

Pour la voix, c'est qu'il fallait embrasser la grenouille pas l'avaler.

Anonyme a dit…

c'est vrai que dans 8 mois et 1/2 les jours raccourcissent... Des trucs comme ça, fin septembre...
Un p'tit verre ?
(les pistaches)

anita a dit…

Huhu, j'aime beaucoup cette idée d'avaler la grenouille! J'adopte, côa.

Gang de pistaches, installez-vous. Vous allez si bien avec le muscadet et avec les murs.
Amateurs de grenu pas si sot, les pistaches sont ici :
http://legangdespistaches.over-blog.com/

Tili a dit…

Bon !
Essaye ma liqueur de coing, tu chanteras bien mieux après, si si ! :-D