13.7.08

un nuage

(détail d'une figure de proue, Brest 2008)


Je n'aimerais pas être sans scrupules. Mais je ne sais pas plus doser le scrupule que le sel dans la ratatouille.
Mettez-m'en pour un sou, un dé à coudre, une cuillère rase.
A quoi dois-je d'en avoir parfois un semi-remorque devant ma fenêtre?

Vous aviez demandé un rien, un soupçon.
C'était louche.
Vous voilà nantie d'une larme.

6 commentaires:

l'âne Onyme a dit…

un souffle ?

Marianne a dit…

Que se passe t-il ? des embruns trop salés ?

Diogène a dit…

Et pourtant, le scrupule, étymologiquement, c'est un tout petit caillou, qui a donné son nom au plus petit poids jadis utilisé, un 24e de l'once très exactement, utilisé par les bijoutiers et les apothicaires…
Alors des tonnes de scrupules, je ne te dis pas combien ça en fait… quelques millions… Oh après tout c'est pas tant que ça. C'est beaucoup moins que le nombre des gens sans scrupule en tout cas…

Yves a dit…

– Ce scrupule vous honore !
Et on lui épinglait la médaille sur son scrupule à col roulé.
– Ça va détendre les mailles !

(L'été venu, je me contrôle moins)

anita a dit…

@L'âne, Mariane: c'est rien, c't' un grain.

@Diogène: sachant que le scrupule mesure un 24° de l'once, que la marée est à 18H et que nous sommes dans le Finistère, combien mesure l'ombre d'un scrupule à Penmarch à midi le 14 Juillet?

@Yves: c'est doux, c'est neuf?

Diogène a dit…

Le 14 juillet je sais pas. Le jour du 14 juillet, je reste dans mon lit douillet. Je peux pas aller mesurer. De toute façon pour cette année c'était râpé. Et puis le 14 juillet, l'actualité prouve qu'il est de bon ton d'être sans l'ombre d'un scrupule.