22.11.09

De la grippe et de ses effets sur l'intelligence.


Je ne joue pas souvent au docteur sur mon blog, mais je lis tellement de stupéfiantes âneries sur la grippe que ça me démange d'ajouter mon virion à cette pandémie.
Entre Chatel qui confond l'élévation de température des élèves avec celle des préfets et calcule son épidémie au nombre de classes fermées et les apocalyptiques qui braillent qu'on va vacciner nos enfants de force avec du bouillon d'onze heures dans lequel le médecin scolaire aura soigneusement pris soin de cracher pour qu'il soit plus infectant...
Le dernier truc en date, c'est la fameuse mutation norvégienne qui est prête à nous faire le coup du parapluie bulgare.
Je voudrais juste rappeler qu'un virus, ça mute. C'est même l'une des conditions de sa survie avec celle de ne pas tuer tout le monde.
L'ultra méchant qui tue stupidement tous ses hôtes et qu'est même pas capab' de changer de déguisement pour aller infecter ceux qui lui ont échappé la première fois n'est qu'un gros nigaud qui finit le cul dans dans les poubelles de l'Evolution. Et toc.

Donc ça mute, un peu beaucoup. En l'occurrence, assez peu. La piste de recherche, c'est toujours d'essayer de comprendre ce qui se passe dans ces formes éclairs qui touchent les sujets jeunes et sains. Faut pas en vouloir aux médecins : depuis que le premier s'est mis en tête que la merde n'était pas une fatalité, un médecin ça cherche. Et tant qu'ils n'ont pas fini dans les dites poubelles de l'Evolution, c'est qu'ils ont une raison d'être.

La question de savoir si le vaccin marchera encore, un peu ou beaucoup, c'est une question de gens qui, sans le vouloir, accréditent l'idée que ce virus est tellement féroce qu'une imprécision dans le dispositif, ça vous condamne à jouer à la roulette russe.


Bon, c'est une grippe. Pas la peste noire. Une grippe. Et ça peut être chiant, une grippe. On s'en remet le plus souvent. Et toujours, on peut en mourir. Souvent, c'est une façon de s'en aller quand on a beaucoup lutté, beaucoup bataillé. Mais pour les proches qui tiennent à vous, ça peut être très douloureux de vous voir partir comme cela, en se disant qu'on aurait pu, qu'on aurait dû tout tenter pour vous protéger de ce virus.
Ou pas.

Bon, le vaccin c'est un vaccin contre une grippe. C'est à dire, aussi bon, ou aussi mauvais, parce que l'immunité réelle contre le virus saisonnier, elle est moyenne.
Pas nulle, mais moyenne. Suffisante pour affirmer son bénéfice en tout cas pour les soignants. S'ils se vaccinent, leurs patients meurent moins. Et sans doute profitable à ceux qui ont des facteurs de risque.
Un vaccin qu'il faut tenter de voir comme une des manières de protéger les plus vulnérables en diminuant la quantité de virus circulant.
Profitable aux laboratoires? Oui, aussi.

Ce n'est pas le seul médicament qui fasse le bonheur des actionnaires. Et là,on retombe sur l'autre volet de mon exaspération : l'espèce de kidnapping des pouvoirs publics sur la question, pour faire de cette grippe la catastrophe sanitaire du siècle, alors que la mortalité de la route sera dix fois supérieure et que la rougeole décime les enfants des pays émergents.
Croyez-bien que si un jour, une catastrophe s'abat sur nous, je devancerai la réquisition et je mettrai ma vie personnelle en suspend. Sans aucune espèce d'hésitation.
Mais en l'occurrence, cela fait plusieurs mois, que les indicateurs, en particulier ce qui s'est passé dans l'hémisphère sud nous ont écartés des hypothèses pessimistes de départ.
Et la mise entre parenthèse de mon travail pour une vaccination de masse, ça me fait braire.
Toutes ces questions sur la grippe, l'opportunité d'une vaccination, le choix même du type de vaccin auraient du retourner dans les cabinets des médecins, dans une vraie relation de soin, éclairés par le travail nécessairement lent, patient et parfois ingrat des vrais épidémiologues.

Parce que la science des épidémies, elle est comme ça : elle ne supporte ni les projecteurs des télés, ni le scintillement des Rolex.

19 commentaires:

Cristophe a dit…

Enfin quelque chose de pas bête sur le sujet ! d:-)

ninou a dit…

merci d'éclairer ma lanterne

Franck a dit…

Et donc la photo c'est avant ou après la mutation ?

Des bises :-)

samantdi a dit…

C'est vrai que je reste pétrifiée devant les réactions des parents d'élèves devant la proposition de vaccination de l'Educ Nat : un tollé ! Des retours agressifs, à croire qu'on s'est donné le mot pour empoisonner notre jeunesse !
Et mes collégiens finissent par s'angoisser : "si on nous vaccine, on va rester paralysés!" Un dont les intrépides parents ont accepté la proposition (3 sur 30, dans sa classe) me dit, pas très rassuré : "bon, bé j'espère que je ne vais pas mourir, les autres n'arrêtent pas de nous dire qu'on va mourir"

Le niveau d'ignorance est assez effrayant, quand même.

anita a dit…

@Cristophe : faudrait voir à voir, hein!
@Ninou : bienvenue ici! l'endroit est désinfecté tous les jours!
@Franck : j'ai triché. C'est le virus de la teigne du chat en microscopie électronique à balayage au gargoyle suractivé.
@Samantdi : vi. on va mettre des années à pouvoir reparler de vaccin sans hystérie de part et d'autre.
Et kekchose me dit qu'on va avoir un florilège d'effet nocebo. (effets indésirables inverses de l'action recherché. Moins exploré que le placebo mais tout aussi efficace.)

gilda a dit…

Merci pour ce billet, bien vu et bien senti.

Mon fiston ne veut pas se faire vacciner dans les conditions du collège (il en a une idée vraie ou fausse de : en batterie comme les poulets, à cheval sur des heures de cours qu'il lui faudra rattraper) et c'est vrai que si elle avait été proposée par notre généraliste bien-aimé sa réaction aurait été tout autre.

Yves a dit…

Merci pour ce billet argumenté.

Version plus légère (mais l'expression de ma gratitude ne change pas) :
Merci de n'être pas restée vague sur le sujet.

akynou a dit…

Le gouvernement a tellement peur d'un nouvel effet canicule qu'il a complètement dévoyer la campagne de prévention pour la transformer en campagne de prévention anti critique contre lui. Je n'ai jamais vu cela à ce point. Dévoyer un dispositif de santé pour pouvoir dire, au cas où : vous avez vu, cette fois, on s'en est occupé, et se prendre un tel boomerang dans la gueule, c'est quand même du grand art. Ça ne jouerait pas sur la santé des gens, ça me ferait presque rire.
Cela dit, ici, aucune vaccination n'a été proposé aux enfants, ni aux collégiens. J'attends pourtant avec impatience le moment, parce que moi, je veux faire vacciner toute la famille. Enfin, la mienne proche.

un de mes étudiants est malade depuis une semaine. Son médecin refuse de lui faire (me dit-il) le test qui permettrait de savoir si c'est la grippe A ou pas. Et ça me fout en rogne, parce que à l'IUT, nous on aimerait bien savoir. L'étudiant qui devait rentrer cette semaine est victime maintenant d'une surinfection au niveau des bronches (et il n'était pas du tout malade avant). Parmi les autres étudiants, et parmi les enseignants, il y en a qui ont des maladies des bronches chroniques. Je fais quoi pour eux, je leur dis quoi. Et comment on applique les consignes si on ne sait pas si grippe A ou pas.

J'ai reçu aussi le mail sur les danger de la vaccination à l'école. C'était tellement un ramassis de conneries que je me suis demandée comment des gens avec deux neurones pouvaient croire à ce genre de trucs. Moi qui ne réponds jamais aux hoax, là, j'ai fait une réponse à tous et j'ai poussé une gueulante sur la bêtise et la crédulité des gens. Tu sais par quel canal ce mail m'est arrivé ? Par les parents d'élèves de la FCPE. Comme si ils ne savaient pas, eux, comment se pratiquaient les vaccinations à l'école (carnet de santé et accord obligatoire sinon, pas de vaccin). Comme si les médecins scolaires étaient des fous dangereux.
Bref, tout cela m'énerve au plus haut point.

Krazy Kitty a dit…

Ma môman dit que dans l'hôpital où elle travaille, les soignants ne se font pas vacciner parce que Roselyne Bachelot a envoyé une lettre pour dire de se vacciner et ils n'aiment pas Roselyne Bachelot.

Certes.

Valérie de Haute Savoie a dit…

Et chez nous... deux personnes suffisamment fragiles pour se faire vacciner avec le vaccin sans adjuvant et rien de rien, pas une convocation à l'horizon... Au fait, c'est quand qu'elles sont sensées arriver ces convocations sans lesquelles on ne peut pas se faire vacciner dans les halls de gare vides ?

anita a dit…

il n'y a pas de date nationale. Les CPAM les envoient par vagues, en accord avec les préfets qui se chargent de l'organisation matérielle.
Attention : l'un des facteurs de risque n'est pas connu des caisses : c'est l'obésité! Il faut alors que les gens écrivent pour demander un bon.
Ceci étant, il y a dans tous les centres des médecins qui peuvent vous établir les établir- et il ne sont pas surchargés.
On ne fait plus de test : c'est cher et pas forcément utile. On considère qu'une grippe est une grippe. Comme je le disait, ça ramène au fait qu'il serait idiot de considère différemment un grippé selon la nature du virus.
Ça avait une logique quand on croyait l'infectiosité différente, ça n'en a plus.
Par contre, le problème c'est que cette grippe donne des tas de tableaux abâtardis, proches du rhume banal. Alors fermeture ou pas?

Finalement, c'est l'année prochaine que je leur souhaite bien du plaisir pour justifier le maintien de classe où il y aura autant de "Tousse-mouche-crache.
Comme Gilda, je pense que les gens auraient eu bien plus confiance s'ils avaient pu en discuter avec leur médecin.

Finalement, ça a pour effet de me conforter dans l'un de mes axes de travail : l'injonction thérapeutique, ça marche pô.
Jamais.
Voilà.

Ceci dit, pour rebondir sur le commentaire de Krazy Kitty : s'ils en sont à dire : "j'aime pas le ministre de l'Intérieur, donc je m'arrête pas au feu rouge, je reste chez moi!"

Donc, faites avec votre tête,ne vous la prenez pas et lavez vous les mains!

Marianne a dit…

Que voila une vaccination écrite claire et efficace , bravo !

l'âne Onyme a dit…

Tiens vas voir là-bas, si j'y suis !
http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=1793

JEA a dit…

jeudi, je papiercolle vore billet dans la salle d'attente de mon toubib...
il y a des patient(e)s qui vont se régaler !

Krazy Kitty a dit…

Je connais des gens (sur Paris) qui sont passé dans un centre de vaccination pour avoir des renseignements, n'ayant pas reçu de convocation (certains ne faisant même pas partie des groupes à risque); il y avait tellement peu de monde qu'on leur a proposé de les vacciner sur le champ. Une piste à explorer, peut-être, Valérie ?

Moukmouk a dit…

Ce qui m'inquiète, c'est la folie des médias chez-vous qui entraine des propos anti-vaccins totalement farfelus ( sur les squalènes entre autres, comme si notre foie n'en produisaient pas continuellement). Une campagne d'information tellement mal gérée qu'elle risque d'augmenter le nombre de ceux qui s'opposent à la vaccination en général.

anita a dit…

@Moukmouk: oui, ce qu'on voit sur net est hallucinant. Sur ce chapitre, la Pologne nous rend des points...

Anonyme a dit…

tres intiresno, merci

Ennairam a dit…

Merci pour ce billet lucide...