3.7.07

consolation


Ce que la pluie enlève de réjouissance à la peau et à l'oeil, elle le rend, généreusement, au nez sensible.
Mon jardin sent le vent de la mer, l'humus léger, la rose qui sent, elle-même, le litchi et l'abricot plus encore que la rose, la menthe folâtre, l'oranger du Mexique. Et dominant le tout, pour peu qu'on la sollicite du bout des doigts, l'odeur unique d'algue poivrée du dimorphoteca , qui semble décupler à chaque ondée.

(Bonheur sur toi, Anita, tu pars tout à l'heure à la grand ville! A toi, la cinglante odeur d'humanité saturée et de gaz brûlés... Vi, mais il y a les amis. Et avant qu'il ne proteste, je le dis haut et fort: Mr Ka sent sûrement très bon.)

5 commentaires:

ada a dit…

Haha le pauvre (ou le bienheureux ?) Ka, on va tous vouloir le renifler maintenant !

Fauvette a dit…

Oui sûrement.
En revanche c'est vrai qu'ici l'odorat est très sollicité, et que ce n'est pas toujours agréable !

luciole a dit…

ha, ha, alors à ce soir. Si j'ai bien tout compris tu "paris carnetise".

Tippie a dit…

Quelle beauté cette photo encore !
Bon voyage à Pariiiiiiiiiiis :)

la bacchante a dit…

Rien ne vaut le goût d'une sucette caramelbeurresalé au mileu de volutes de cigarettes!