2.2.09

Jeter le cogne après la Manche.

Souvent, ils m'affligent.
Quand ils veulent mettre les enfants de 12 ans en prison. Si, si allez voir le site même si vous ne voulez pas signer la pétition. Parce qu'on y apprend plein de choses tout à fait intéressantes sur la fameuse délinquance des mineurs.

Quand ils suppriment les crédits pour le planning familial. Délit d'initiée, m'sieurs-dames, investissez dans l'aiguille à tricoter, il va y avoir un boum sur les actions. Si vous avez moins de vingt ans et que l'allusion ne vous évoque rien, raison de plus pour exprimer sur la pétition en ligne.

Donc ils m'affligent et je rêve de virer tout.
Le grigne, le gras, le gris, le grinçant, le grossier, la greluche et les gravats.
Et hop.

Mais il y en a un qu'il faut garder, c'est Lefebvre. Celui-là, il est tellement, mais tellement trop qu'il en devient drôle.

Celui dont vous dites:
" Tu connais pas la dernière?
-Non? la dernière? Pour de vrai?"

Bon l'avant dernière de ce grand dépendeur d'andouille de la Manche, c'est de prétendre que si le préfet d'icelle a été lourdé, c'est parce que Bernard Tibault, le cégétiste-bras-armé-de-la chienlit-communiste, il a cafté à minicolas comme quoi le préfet s'était mal conduit envers les manifestants.
Tout le monde sait parfaitement que, quand le président de sa république est sifflé, sa première idée, c'est de s'assurer que les manifestants soient traités avec égards, et qu'on leur dise pas des vilaineries. Au contraire, si le manifestant vient à glisser sur le pavé, il est de bon ton, dans la France d'aujourd'hui, de lui dire avec douceur "Ne te casse pas, pauvre sondé!"...
L'acharnement de Lefebvre à défendre son maître, jusqu'où il est obligé d'aller, le pauvre... ça me fait tout à fait penser à cette scène du Sacré Graal :



N'empêche, vous conviendrez que j'avais eu le nez creux, en août, quand je vous avais proposé de jouer avec moi au grand jeu de "déplace un haut fonctionnaire de ta région et gagne des caramels au beurre salé".
Maintenant, vous avez le choix entre deux théories de jeu : ou vous sifflez durant la visite du présiprince, ou vous vous fendez d'une missive après pour vous plaindre qu'un policier vous a marché sur le pied.
C'est vous qui voyez, mais l'une est certainement plus efficace que l'autre

5 commentaires:

Gilsoub a dit…

Oui, quand j'ai entendus cela sur France info, j'ai attendus le Flash suivant pour être certains d'avoir bien compris! Ma revue de presse internet m'as également confirmé la chose, mouarf! Mieux vaut en rire qu'en pleurer!

Sar@h a dit…

Discussion avec des collègues : plus personne ne va vouloir le recevoir … Sauf les petites communes genre Botmeur, Botsorel, etc. et encore !

Je m'étonne qu'il n'ait pas encore demandé à Mich Desj de venir à l'Elysée … à moins qu'il ne se soit souvenu de la leçon Joyon. Bien que celui-ci y soit allé en mars (de mémoire)

Yves a dit…

Pov' con ! En voici un autre :
"Le prévenu, a cru bon brandir un petit écriteau sur lequel était inscrite la copie conforme servie à froid d'une célèbre réplique inspirée par un affront immédiat"
Condamné à une amende de 30 euros avec sursis par le tribunal de Laval, Hervé Éon est convoqué en appel au tribunal d'Angers, mardi 3 février.

Source : http://www.prs53.org/

La Marguerite du pré aux bouzes a dit…

Ben, j'vas etes mutée au pré des taloupes à cause que l'josé Bauvais, y veut pus que j'sois dans c'cui des bouzes, trop d'pas ben qui dit.
J'vas bentot ruer dans les brancards si ça continue, de quoi qu'y s'mèle

l'âne Onyme a dit…

Quelquefois même, ils me fatiguent.
C'est ça que l'on appelle une guerre d'usure ?