20.2.09

Ça aurait pu être les Iles Cook.

Le monde est plein d'innocents, invisibles et redoutables monomaniaques. Oh, je ne parle pas de ceux que vous voyez, dans le métro, tenir des discours à une brosse à dents ou de ceux qui notent les paroles de Lefevbre pour la postérité.

Non, je parle de monomaniaques bien plus réjouissants, ceux qui éclatent délicieusement sur la toile, qui s'enflamment pour un projet sans aucune autre finalité que de faire circuler de l'imagination et faire miroiter des petits fragments étincelants, des bribes scintillantes. Petits calumets sans prétention, qu'on passe, avec gourmandise, au voisin.

Vous connaissez les pelleteurs de nuages, les chercheurs d'alphabets, les photographieuses de tresses de petites filles, les collectionneuses de je t'ai.me, les réécriveurs de cartes postales, les ramasseurs de cartes à jouer, les contempleurs de chat, les démons du dis-moi dix-mots.
Et puis il y a les cuisiniers.
Ceux du quotidien, ceux du snob, ceux du beau, ceux de l'insolite, que je lis souvent sans mettre les recettes à l'épreuve, mais qui me fascinent par cette passion très humaine du jamais encore fait. Cent mille façon d'utiliser une gousse d'ail et une fève tonka... Et qui dira le nombre de recette de Cheesecake en circulation?

Je vous ai parlé de Ciorane et de sa cuisine de quat'sous. c'est chez elle que j'ai trouvé mention du projet de Gwen, un projet tout à propice à détourner de son devoir professionnel une blogueuse très gourmande et pas mal vagabonde.
Mzelle Gwen a décidé de faire le tour du monde en 232 recettes, dont une bonne partie par procuration. Si vous lui envoyez un mail, elle vous attribue par tirage au sort un pays. A vous d'en réaliser un plat et d'en publier la recette.
Cuisine, jeu du hasard, tour du monde et inoculation au lecteur... Vous voudriez que je résiste?

J'ai donc envoyé candidature.
M'ont échu les Iles Salomons.

Ah, les Iles Salomons! Ses cocotiers, ses coups d'Etat, sa gastronomie mondialement connue!
Des pages et des pages entières dans le web.
Ses ingrédients en promo sur le marché du jeudi, Taro, crabe de cocotier, poissons de récifs...
Bref.

A ce stade là, je pourrais tricher. Inventer une recette, ou bien mendier chez Mlle Moi, la recette du Lap-lap en prétextant que Vanuatu n'est qu'à 2000km, c'est à dire un jet de bigorneau.
Ou pire, je pourrais être tristement réaliste et dire qu'au moins dans les villes, la pizza et le hamburger sont à la cuisine locale ce que le pidgin est aux quatre-vingts langues du pays...

Mais je suis un genre de polymaniaque à ma façon.
Comme disait l'un de mes amours littéraires, c'est bien plus beau quand c'est inutile.
Alors, soit je drague un chercheur du Lacito
récemment rentré de voyage, dans une manif, soit je me livre à une manoeuvre dont la seule évocation me fait sourire jusqu'aux oreilles.
Je vais, dans mon anglais de cuisine, écrire à de parfaits inconnus, à l'autre bout du monde, dont je ne connais que l'adresse au bas de leur page internet, pour leur demander ce qu'ils font à manger ce soir.

Internet, parfois, c'est magique. :-D
Tanggio tumas fo helpem mi.
(Merci beaucoup de m’avoir aidé)

12 commentaires:

Gilsoub a dit…

Marrante comme idée, je pense que j'irais faire un tour, et j'éspère que tu nous donneras la primeur de ta recettes ;-)

Anonyme a dit…

Ah mais elle est géniale, cette idée...! Dire que je n'avais jamais entendu parler des îles Salomon... au nom évocateur. Qu'est-ce qu'on peut bien manger là-bas ? J'attends impatiemment que tu éclaires ma lanterne.

samantdi

l'âne Onyme a dit…

Les îles Salomon, c'est pas là où on partage les enfants en deux ? Ou alors je confonds avec autre chose. Bon courage pour trouver les matoutous à assaisonner avec du lait de coco.
Ou alors inventer des îles de légende, avec une gastronomie antipodique, mais ce ne serait pas le même trip. Tiens, en parlant de tripes elles sont fort bonnes en Guadeloupe... Mais je parle, je parle et le diner va bruler

Traou a dit…

Fastoche ! Les poissons d'en bas de chez toi, ils viennent en droite ligne des îles Salomon, tout le monde sait ça ! Il te suffit d'en trouver un avec l'air sage et un drapeau de l'île (5 étoiles blanches sur fond bleu en haut, une diagonale jaune, le bas en vert, c'est magique wikipédia)tatoué sur ses écailles, d'y ajouter un rien de coco et de poudre de perlimpinpin (voir au musée de la Compagnie des Indes, pas loin de chez toi), et le tour est joué !

PS : Sans blague, j'aurais bien joué, mais j'ai un peu peur, du coup...

Yves a dit…

Salomon ? C'était le nom de mon dentiste. Pense aux clous de girofle.

– Authentique ?
– Va savoir !

Anonyme a dit…

Recette des Îles Salomon : l'explorateur à l'étouffée.

Prenez un explorateur en saharienne blanche, avec casque colonial, tromblon et bandoulière de cartouches.
Débarrassez-le du tromblon et de la bandoulière de cartouches, qui pourraient altérer le goût de la préparation.
Plongez l'explorateur dans une gigantesque marmite remplie d'eau dans laquelle vous aurez préalablement versé quelques épices locales.
Faites chauffer à feu doux, jusqu'à ébullition.
S'il renacle (et il renaclera), étouffez-le avec un oreiller garni de plumes d'oie.

Signé : l'ami des villes.

anita a dit…

@ L'ami des villes : ah non! ça c'est la recette des Îles Sandwich!
Aux Îles Salomons, l'explorateur est coupé en deux, comme l'évoquait l'Âne.

Une Reine de Saba en dessert?

l'âne Onyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Madeleine a dit…

Mandieu y a t-il du sucre au moins aux îles Salomon ?

Oxygène a dit…

N'oublions pas que l'explorateur des îles Sandwich, dévoré par les anthropophages polynésiens s'appelait James Cook, comme les wagons-lits et les îles qu'il avait découvertes. "Do you cook your sandwich ?" A-t-il poliment demandé à ses dégustateurs avant de finir cuit à l'étouffée entre deux feuilles de bananier.

anita a dit…

# OXygène : imagine, si le Vatican échoit à un(e) bouffe-curé?

Ciorane la pauvresse a dit…

C'est vrai que le net manque d'infos en français sur cette cuisine. Tiens, j'ai trouvé cela sur globonautes.com au sujet de ces îles :
"On peut partir dans les îles du bout du monde pour bien des raisons, mais la gastronomie locale manque de caractère : à base de tapioca et de taro (tubercule qui rappelle la patate douce). Par contre, si vous aimez les produits de la mer, vous serez comblé : poissons et fruits de mer sont excellents... (A noter : il paraîtrait que les membres de la tribu des Lau soient de fins connaisseurs en chair humaine…)"
Si ça peut te donner des idées... Bonne cuisine et surtout, bonne dégustation !