10.4.12

366 réels à prise rapide. Aujourd'hui, ce qui brille.

Les promesses.
Pas les trucs en toc qui pullulent en période électorale et se ternissent immédiatement. Les promesses, les vraies, celles qui se déploient avec force, presque sans effort, celles qui attendent les spectateurs patients et admiratifs, les promesses allègres et têtues.
Le sourire de l'enfant qui jusque là, ne se voyait pas jolie. La feuille vernissée, compacte, qui se hisse au dehors de sa cachette. L'averse et la flaque. L'idée précieuse que l'on planque encore, mais qui fait fanal.
Et ce blanc d'argent qui brille enfin et signe tout autant le temps passé ensemble que celui, inconnu, qui reste à parcourir.


NB: la photo est celle qui servira au chic des clics d'avril et est affectueusement dédié à Luce Luciole et FG.

3 commentaires:

Number K a dit…

merci pour ce joli billet !

luce luciole a dit…

touchée je suis par le texte, par la photo, et par la dédicace ;-)

la bacchante a dit…

Des éclats, des qui portent plus loin.