27.3.11

C'est vrai, les délinquants sont de plus en plus jeunes...

Cultive ton Jardin m'a envoyée vers cette histoire.
S'il ne vous fallait qu'un motif pour aller voter aujourd'hui, ce pourrait être celui-là.
M, appelons-là comme cela, est un bébé sans papier.
Ou plus exactement, dans un pays où aucun enfant n'a besoin d'autres papiers que celui qui le rattache à une filiation, il est demandé à M, quelques mois aux prochaines fraises, d'avoir un titre de séjour.
Comprenez moi-bien, si vous avez eu la flemme de cliquer sur le lien : ses parents, eux, ont un titre de séjour. Un vrai, avec un travail et ils payent la part d'impôts qu'ils doivent pour que des politiques éditent des lois aussi ineptes, coûteuses et indignes que celles qui a privé M. de la possibilités d'être dans des bras paisibles, le nourrisson bienvenu qu'elle aurait dû être.
La maman de M. a commis une faute : elle a accouché prématurément en Algérie, où elle y avait, deuxième faute, une mère malade. Donc M, née ailleurs, est un bébé déclaré par un fonctionnaire zélé, touriste de passage pour 3 mois.
Et à l'issue de ces 3 mois, M bascule dans une clandestinité où la moindre bronchiolite coûtera un bras à des parents qui cotisent pour celles des vôtres...
Allons au bout de la logique : Ni les parents, ni la sœur de M. ne sont expulsables.
Verra-t-on un autre fonctionnaire zélé venir chercher cette enfant? La sucette et le doudou sont-ils compris dans les effets dont un individu en situation irrégulière a le droit de se munir avant son transfert en centre de rétention?

Il est à peu près certain que non, qu'au bout du compte, un juge va proclamer l'imbécillité absolue de cette mesure. Ce sera long, ça va mobiliser une armée d'autres fonctionnaires (zélés bien sûr, mais pas de la même façon) qui ont des chats à fouetter et pas des enfants, c'est votre argent, le mien , le nôtre, gaspillé dans cette stérile obsession.

Ceux qui applaudissent à cette stricte application d'une loi censée les protéger feraient quand même bien de se méfier... Cette histoire de nourrisson, planqué 3 mois, qu'un homme de la cité prend sous son aile... Ça vous rappelle rien?
Il s'agissait de sortir et non de rester, le nourrisson était un garçon et non une fille, celui qui l'a protégé une fille de Pharaon et non un bon docteur de quartier, mais ça s'est assez mal terminé pour ceux qui, sous couvert de soumettre les adultes, s'en sont pris aux tout-petits.

Il faut combien de pluies de grenouilles sur ce pays pour que les gens comprennent?

13.3.11

12.3.11

catastrophes

Les catastrophes naturelles me laissent sans colère, avec une compassion aussi intense qu'inutile et, en ce qui concerne le pragmatisme des japonais en matière de gestion du risque sismique, avec une franche admiration.
Vu d'un pays où on cumule les effets de manches, où la gestion récente d'une grippe plutôt moins mortelle qu'une autre a été une bouffonnerie digne du bordel autoritaire soviétique, l'efficacité des mesures nippones, de la construction au mode de rassemblement des enfants scolarisés m'impressionne singulièrement.
C'est bien la préoccupation continue d'intégrer le risque sismique dans (presque) toutes les activités humaines qui donnera un probable rapport de 1 à 100 entre le nombre de victimes haïtiennes et le nombre de victimes japonaises, malgré une magnitude plus élevée pour ce dernier tremblement de terre.

Mais, si l'explosion de la centrale de Fukushima atteint le caisson du réacteur, les japonais risquent de payer un tribut plus élevé encore, bien que plus tardif, à une catastrophe qui n'a rien de naturel. Je ne doute pas que, comme les écoles maternelles, les centrales nucléaires aient été construite en incluant la prévision d'une secousse de forte amplitude. Et je n'ai aucun doute sur le fait que des experts vont améliorer leur connaissance de la prévention, résumant la catastrophe à sa part accidentelle imprévisible.
Ma position sur le nucléaire ne bougera pas d'un iota. Elle repose sur mon incapacité à vivre comme pérenne et stable toute activité humaine, alors même que la nocivité engrangée de la radioactivité l'est pour des siècles et des siècles.
Non rien ne dure des constructions humaines, ni les lois qui encadrent la constructions, ni les structures politiques qui soutiennent ces lois, ni la vigilance, ni les affirmations du plus jamais ça.
25 ans après la catastrophe de Tchernobyl, qui se préoccupe de l'effondrement, goutte de pluie après goutte de pluie, du sarcophage fissuré censé nous protéger d'un nouvel accident?
Qui se préoccupe de la difficulté pour les équipes de recherches russes, ukrainiennes et bélarusses à trouver des financements pour leurs études à long terme des conséquences des retombées radioactives sur la santé publique? Si vous avez envie d'être à la fois effrayés et en colère, allez donc faire un tour sur la page qu'un confrère, JP Bachy, consacre à la bibliographie sur ce sujet.

Alors, je sais. J'attends les arguments économiques qui me diront l'importance de l'indépendance énergétique, de prévoir la fin du pétrole et cela réveillera des fantasmes archaïques de populations errant dans le froid et la nuit. Il n'y a pas de plus grande pesanteur que celle qui pousse un système à se survivre. L'énergie nucléaire est un garant de la croissance.
Oui, mais laquelle?
Par un de ces rapprochements qui ne frappent que lors d'évènements majeurs, je regardait justement un extrait du travail photographique de James Mollison, me promettant d'acheter le livre. Il s'intitule "Where children sleep" et met en dyptique un portrait d'enfant et l'endroit où il dort.
Katia, qui vit toujours, je l'espère du fond du cœur, à Tokyo, a 4 ans, trente robes et trente paires de chaussures.


Nous ne saurons rien de ce garçon, sinon son visage, son initiale nationalité, probablement roumaine et qu'il dort en Italie.


Ce ne sont pas les politiques énergétiques, qui, en elles-mêmes, empêchent certaines populations d'errer dans le froid. C'est toute la politique.
La décharge produite par le tremblement de terre aurait, dit-on, modifié l'axe de la terre de 10cm.
Je me demande si le risque consécutif d'une explosion nucléaire va à son tour, modifier, même imperceptiblement l'axe de pensée des milliers de parents de petites Katia. Risquer sa peau pour continuer à habiter là où sont ses racines ou son avenir, vivre avec le risque sismique pour ne pas laisser la catastrophe tout envahir, vivre et reconstruire, soit. L'être humain a toujours habité des zones dangereuses, parce que ce danger ne dépasse pas les possibilités de représentation humaine et restent généralement à l'échelle d'une génération.
Mais risquer sa peau, celle de ses enfants, de sa descendance pour offrir à Katia, 4 ans, une trente et unième paire de chaussures, garder sous des clés précaires, un si grand potentiel destructif pour soutenir la fabrication d'objets conçus pour leur inéluctable obsolescence, est-ce vraiment pragmatique?

6.3.11

Je m'la pète (mais je rentre)

En voyage, je parle un globish tangent qui horrifie régulièrement mon angliciste aînée...
N'empêche.
J'en comprend plus que je n'en parle et avoir réussi à saisir de la bouche de cette charmante collège girl de Kinsale, qu'elle me recrutait pour servir de jury au concours de Fish-pie qui opposait son collège à des pros de Cork, ben n'empêche, moi je trouve, ça l'fait.
et puis on m' a déja bombardé jury dans des trucs où je me sentais finalement moins légitime que pour goûter de la patate, du poisson et des langoustines.

Au fait, les gens, c'est l'anniversaire de Samantdi, paraît. On court chez elle et on lui dit combien c'est une belle dame qu'on aime.

4.3.11

Quelques haltes et des notes à moi-même.

Ici, je me suis dit que faire tout ce chemin pour photographier encore des vieilles coques, c'était se moquer du monde. Mais la lumière m'avait tant fait de l'œil.


Ici, j'ai rêvé aux gens que j'aime jusqu'à ce que la mer me lèche des pieds.


Ici, je me suis dit que j'avais décidément une particulière attirance pour les bouts du monde.


Ici, j'ai bu ma Red Rebel en lisant Flannery O Connor, qui n'est pas irlandaise, mais américaine et que je ne connaissais pas du tout. Ecrivain d'une grande force, une de ces dames cruelles et goguenardes dont la littérature anglophone semble avoir l'inépuisable secret.

J'étais bien chez O'Shea et j'y étais la bienvenue. Jeremy s'est prêtée à la pose avec une gentillesse presque désintéressée. Il m'en coûta un chaste baiser sur la joue et un incompréhensible compliment en gaélique dans l'oreille. Ce qui fut, au fond, infiniment plus moral que de lui faire boire une bière de plus. It made his day, and mine...


Notes à moi-même :
1)Anita, ce qui fait l'étanchéité de tes chaussures, ce n'est pas seulement le procédé de fabrication, mais le fait que tu penses à les lacer. Ça t'évitera une autre humiliante dissociation dans une tourbière.
2) Tu commences à trouver plus simple de rouler à gauche qu'à droite, tu trouves normal de boire une bière dans l'après-midi et tu tailles la bavette avec les attachants ivrognes du pub. Vérifie la date sur ton billet de retour et pense à tes enfants.

2.3.11

A part ça, rien.


La deuxième fois que vous entrez dans un pub, on vous appelle sweetie et on vous demande si vous voulez votre demi-pinte.
Je me dis qu'à la troisième, la barmaid va me tendre le meniou avec juste un clin d'œil et la main sur la tirette de Kilkenny.
J'ai rencontré ma première irlandaise complètement barrée. Elle est chanteuse de jazz cherche un logement à Lorient pour cet été, a quitté l'enseignement parce qu'elle ne supportait plus les mômes, a vécu au Liban, à eu trois accidents de voiture le deuxième en sortant de l'hôpital où l'avait amené le premier et le troisième il y a quinze jours, deux jours après son permis. Elle a fait campagne pour le labour party, mais là, elle fait la coordination du spectacle musical de Portmagee qui est en compétition avec les villages voisins. Enfin si on la laisse tranquille parce que là elle est fâchée avec une des chanteuses et avec la barmaid du Bridge Bar. Mais elle est pote avec le sculpteur qui a sculpté la statue de Chaplin qui orne le quai de Waterville et qui habite dans l'ile en face et elle est tout a fait d'accord pour me le présenter. Si je veux bien aller m'engueuler avec son père à sa place.

Allez savoir pourquoi... je crois que je vais décliner. Notez que j'en ai loupé, parce que je ne parle pas si bien anglais que ça.
Mais elle m'a au moins permis de comprendre pourquoi le patron est entré en poussant un canon factice dans le pub.

A part ça, une route dans la montagne, un irlandais qui poussait ses trois veaux au volant de sa voiture, l'inaltérable ciel bleu bien connu des touristes et pas encore de cheese-cake au Bailey's
Et la tourbe est vendue à côté des bouteilles de gaz à l'épicerie-essence-tabac-munitions-poste.
A part ça, pas de nouvelles.

Carte postale de Portmagee.

Il y a, dans le voyage, deux fascinations différentes : le déplacement et le but. Il y a longtemps que je sais que le déplacement, même minime, m'est indispensable. Quelque chose dans mon cerveau a été programmé pour s'organiser en s'effilochant le long d'un paysage mouvant. Il m'arrive, même dans le quotidien, de préférer le trajet le plus long, simplement parce que je ne le connais pas et que ma pensée voyage mieux, accrochée aux minuscules découvertes du tournant qu'aux images trop connues.
Ici, je roule, avec l'effort délibéré d'arriver à me perdre. Celui qui connait les routes irlandaises me pardonnera mon bilan carbone. En quelques heures, je n'use pas plus de combustible que dans votre heure quotidienne d'embouteillage. Je roule à petits pas, bien contente d'avoir le temps de constater que décidément, les ajoncs d'ici n'ont pas la même odeur que chez moi, que je n'avais pas exagéré leur absolue suavité qui va de la pêche blanche à la femme amoureuse.
Je me suis, cette fois-ci, pourvue de gants et de couteau pour en renouveler les brins, chaque jour dans ma voiture.

Et puis il y le but, qui est toujours une arrivée d'emprunt, plus ou moins heureuse, plus ou moins offerte. Je suis en ce moment à Portmagee, un des endroits dont vous n'aviez aucune raison d'entendre parler et qui est exactement l'endroit où j'avais envie de venir. il y a une dégringolade de maisons vers la mer qui s'enfonce si loin dans la terre qu'elle y fait figure de lac. Il y l'ile en face qui prend si bien les tons de mauve et de gris des arrières-plans.
Il y a les deux ou trois bateaux de pêche qui font de la sole frite du Bridge Bar une copieuse merveille.
Il y a cet extraordinaire silence de la nuit, parce que c'est sur des dizaine de kilomètres que les moutons y sont plus nombreux que les hommes et que, eux, la nuit, ils dorment.
il y a aussi, mais c'est une autre histoire, des irlandais qui font le gros dos devant la claque monumentale que leur a flanqué la crise financière. Sur les trois jeunes gens qui peuplent avec moi l'impeccable auberge de jeunesse de Portmagee, l'un espère l'Australie, l'autre l'Allemagne et le troisième est revenu de Nouvelle Zélande pour tenter de repartir à nouveau.
Ils pensent au but et moi, au déplacement...