16.5.08

vraiment, j'vois pas le facteur commun.

Bien sûr, je me méfie de la stigmatisation possible d'une population, dès lors qu'on tente d'en cerner une ou quelques caractéristiques récurrentes.
Bien sûr, je me méfie des effets d'une épidémiologie de trou de serrure sur un tout petit groupe, non fiable statistiquement.
Mais quand, dans un groupe de vingt enfants, je retrouve deux encoprésiques, un constipé du diable, deux enfants atteints de terreurs nocturnes, un intoxiqué de son propre chef aux suppos de DO....NE à 4 ans (fallait quand même le vouloir pour s'en enfiler- oui, c'est le mot- neuf à la file), et un autre qui ne fixe son attention que vingt secondes, je me demande.
Ils seraient du même quartier, j'te chercherais le plomb dans les peintures...
Mais ils viennent de partout, dans cette classe à projet pédagogique particulier-au demeurant fort sympathique.
Pa moyen d'incriminer le milieu social, sont presque tous fils d'enseignants, de chefs d'entreprises, de commerçants aisés, tous solvables et très soucieux de bien élever leurs enfants.
Très.

8 commentaires:

l'âne Onyme a dit…

Et si on disait que c'était la société. Oui c'est vrai ça fait un peu soixante huit sur le tard. Alors on dit que pour trouver le fautif, il suffit de voir à qui profite le crime...
Qui se permet de passer par dessus les parents pour instiller la croyance que tout est possible, tout est achetable, qu'il ne faut pas qu'il y ait de manque.. On approche là..Non ?

Oxygène a dit…

Et comment va l'enseignant ? D'année en année je vois mes classes de collège se modifier et l'énergie qu'il me faut déployer pour capter durablement leur attention m'épuise. Tu l'as dit, il ne viennent pas tous de famille monoparentale, nombreuse, pauvre, étrangère et vivant en banlieue. Il me semble même que ça leur ferait du bien de ne plus avoir leurs parents, leur prof de foot, celui de musique et celui de tennis sur le dos. J'oubliais aussi les compétitions et les séjours linguistiques. Pas une minute à eux de temps gratuit pour rêver et se construire !

Marianne a dit…

Ils sont tous dans la même classe ? D'accord avec Oxygène les gamins ont un planning d'enfer dès le plus jeune âge .
Une petite qui s'est cassée la jambe est contente car elle peut rester avec nous dessiner ou discuter alors qu'avant il fallait écourter pour aller à la danse .......C'est un secret , merci de ne pas le répéter.

DIOGÈNE a dit…

Si je lis bien, le facteur commun c'est d'avoir des parents bien sous tous les rapports très soucieux de bien faire pour leurs enfants, non?
On n'a toujours pas trouvé si le pire c'était d'avoir de mauvais parents ou d'en avoir de bons.

myrtille a dit…

Le sarkozisme aurait-il remplacé le saturnisme ?
Approchez tous les amis, les grands et les petits, regardez bien ! Le coeur fier et l'oeil malin, voici venir au loin votre ami....
euh... non !

myrtille a dit…

et pis aussi ça n'a rien à voir mais... tu es taguée chez moi, si tu veux bien...

ada a dit…

Euh les pesticides ? les OGM ?

Blague à part je sors d'une réunion de parents d'élèves FCPE, et je suis consternée. Une maman TRES soucieuse pour ses enfants râlait et voulait que nous intervenions auprès de la directrice parce que son fils de 10 ans n'avait pas été autorisé à se rendre aux toilettes et avait fait pipi sur lui. D'abord on lui a donné raison à la maman. Mais après discussion nous avons appris que la maîtresse n'avait effectivement pas autorisé le petit à aller aux toilettes parce qu'il venait d'arriver - très en retard- à l'école de CHEZ LUI. En creusant encore un peu on a découvert que le petit n'avait pas eu le temps d'aller aux toilettes chez lui parce que sa maman - par EGARD pour lui l'avait réveillé très tard sachant que "la veille il s'était couché tard parce qu'il jouait sur sa console".
Et c'est une maman pas défavorisée pour un sou et plutôt très active au sein du conseil de l'école.

Ce que je voulais te dire par ce long exemple, qui lui non plus ne vaut pas généralisation, c'est qu'en creusant un tout petit peu on comprend que les parents TRES soucieux, ben je ne sais pas comment le dire mais parfois...
Bref, bon courage à toi et aux enfants.

Encre a dit…

C'est également troublant de constater à quel point la violence psychologique semble prendre des proportions endémiques dans les cours d'école.