10.6.08

Comment se faire rapidement haïr de son lectorat.*


(le saule rieur ci dessus est de Mlle Bibi. Technique mixte, sable et roseau. Collection privée, rapidement dispersée)

Je suis une fonctionnaire vertueuse.
Si si.
Mais ma vertu a des gradients. Des avouables parfaitement, par exemple. Comme celui qui veut que je voie en premier les enfants les plus préoccupants.
Des pragmatiques, qui font que je commence les bilans de maternelle par les plus grosses écoles.
Des doctrinaux, qui me poussent à finir le secteur public avant d'entamer le secteur privé.
Et puis les inavouables, sauf ici, qui cheminent conjointement de l'hiver à l'été, et de l'intérieur des terres vers le bord de mer.
Soyez une minuscule école peuplée de gais bambins en parfaite santé, à quelques centaines de mètres d'une petite plage délicieuse, et vous pouvez programmer la visite du bon Dr Anita vers le mois de Juin.
Qui tâchera, en ouvrant son coffre pour en sortir son barda de médecin SDF, de dissimuler la serviette, le maillot de bain et la tartine.

Un reste de scrupule m'interdit encore de me calquer sur les jours de grandes marées, propices à la pêche à pied.

Mais je ne sais pas si cela durera.



* Peut-être aussi en le traitant de lectorat.

11 commentaires:

Agaagla a dit…

et pourquoi donc qu'on te haîrait si tu ne nous as rien fait ?

meerkat a dit…

Le lectorat rit !
Zut, chez moi c'est trop petit pour qu'il y ait une école. Note qu'il n'y a pas la mer non plus. Mais les tartines ça peut se faire.
Tu me fais réaliser combien j'aime arriver en avance à un rendez-vous barbant et déguster ce temps à la terrasse d'un café, en traînant dans la rue. Incroyable ce que je l'apprécie. Et toc, j'arrive un peu en retard (ça a un rapport avec ce que tu écris ? sans doute ?).
Profite bien des marées ! :-)

Yves a dit…

Tant qu'il dure, ce dernier scrupule t'honore. Quant à "haïr" – bien joli mot avec son tréma – je n'en ai pas l'usage.

Tassili a dit…

Haïr, non. Envier, sûrement. ;-)
Je rêve de l'océan...

Valérie de Haute Savoie a dit…

Ah pour moi c'est juste de l'intelligence de vie !

ada a dit…

Le lectorat que je suis aime. J'aime être un lectorat envieux. J'aime les saules ephémères surtout quand ils se gondolent de sourire.

(Tiens l'école de ma fille doit être a bord de la mer, et tous les enfants y vont bien ! Le médecin scolaire n'y est pas encore passé...)

Anne a dit…

J'adore cette jolie façon de joindre utile et agréable ! Et c'est une chance, dans un métier un peu difficile, que de pouvoir s'offrir de tels petits-immenses plaisirs, non ?

anita a dit…

@Tous: ben, vous êtes gentils, les gens. Suis-je donc la seule que l'envie transforme en monstre gluant, poilu du nez, avec d'horribles taches vertes, une odeur de gymnase de collège et des verrues sur l'oreille gauche?
Oui?
Bon.
(mais je sais me soigner, hein, quand ça m'arrive : je vais me baigner.)

Fauvette a dit…

Mais moi cela me fait plaisir pour toi, au contraire !
En fait je ne crois pas que nous nous promenons sur les blogs pour haïr !
Bonne baignade !

Martin-Lothar a dit…

Ce n'est pas une maladie d'être fonctionnaire non plus hein ! Comme ce n'est pas un pêché pour un laïc d'adorer le dieu de la Nature. BIses

Morena a dit…

Bah moi aussi je suis une fonctionnaire vertueuse, tiens; Et j'aime bine tes photos. Merci pour a visite et la découverte !