27.4.07

critique d'art.



J'aime beaucoup ce tableau. Sous l'apparente simplicité de la composition, la touche légère et nerveuse inscrit une veine quasi documentaire. L'artiste y a posé une question essentielle, celle du support même de la projection picturale. Il déconditionne ainsi son propre classissisme, laissant sédimenter, couche par couche, le résidu-quasi sidétique- de l'acte perceptif.

Hélas, ce tableau n'est pas à vendre.
Ou bien :



C'est toute la cale de carénage qu'il vous faudra acquérir.

8 commentaires:

Ennairam a dit…

superbe. (Le lien "sidétique" ne fonctionne pas.

anita a dit…

Maintenant si... Suis encore pire geekette que critique d'art, moué!

meerkat a dit…

On se dit : bon sang mais qui est ce peintre qui manie avec tant de vigueur le rouge, le blanc et l'orangé, sur un fond si travaillé au gris ? L'art et la beauté sont tout près de nous si on sait regarder au-delà. Et tu as un regard bien aiguisé, merci, Anita

Coco a dit…

Remarque... ca ferai bien dans le jardin...

Y a une mise a prix pour l'oeuvre? :D

Coco a dit…

et son support, cela va de soit :)

anita a dit…

@meerkat: à cet endroit, c'est une exposition permanente... mais celui là est mon préféré.
@Coco: Ok, je me met en quête de la vingtaine d'artistes qui se sont succédés sur ce coup là. Pour les goélands, je ne promet rien...

loupiotte a dit…

bravo pour le cadrage ..!
parce que, là aussi, c'est de l'art :)

Still a dit…

Et tu ne l'a pas encore achetée?