15.6.12

366 réels à prise rapide. Aujourd'hui, c'est comme ça et pas autrement

Petite Poule couve. Inlassablement, elle étend ses ailes sur des œufs imaginaires, les vrais ayant déjà connu la mouillette de pain beurré, parce que, hein, bon, c'est quand même un délice.
On a beau lui tremper le croupion dans l'eau froide, la sortir de son nichoir, elle nous regarde, passive et fiévreuse à la fois et, dès qu'on le dos tourné, elle y retourne.
Petite femelle obtusément prisonnière de sa physiologie, elle m'agace et m'émeut.

5 commentaires:

JEA a dit…

émeut parce qu'elle agace ou agace parce qu'elle émeut ?

NB : pour prouver après le commentaire ne pas être un "robot", c'est de plus en plus malaisé
ou alors j'évolue de plus en plus catastrophiquement

Yves a dit…

Ici aussi, pareil et pas autrement. C'est Kounu et Poule à la tante cadette – la sœur de l'autre – qui s'y collent.

Martin Lothar a dit…

Les mouillettes (les vraies hein, beurrées menues au vrai beurre) sont en fait la porte du paradis. (pain, croute, mie, oeuf, blé, sel, etc... Que des symboles et les clés de nos ancêtres)
Bon sinon, pour les ados : fille (une petite claque de temps en temps) Garçon : un bon coup de pied au cul (mais pas trop fort quand même hein !)
La baffe et le CDAC sont tout un art...
Bises.

anita a dit…

@JEA c'est gzactement ça. Franchement être émue par une poule, ça a l'air de quoi?
@Et Carla?
@Martin : Et pour les loups, une bise sur le museau

la bacchante a dit…

Ca pourrait être autrement. Tu pourrais écrire un nouveau billet sur ton blog, par exemple.