2.7.09

Partir, na!


Je n'aime pas le tourisme. Pour m'en convaincre, je n'ai qu'à regarder les innombrables offres de zoulis rêves à prix cassé.
Je l'ai fait, par acquis de conscience, poussée par les voix aimantes et désolées qui me disaient: " allez, fais-toi plaisir!"
Mais non, j'ai envie de voyage, pas de tourisme. Ce qui me plaisait dans ce rêve stoppé net, c'était justement le temps non emballé, le train, le temps sur le fleuve. Oui, oui, je voulais bien voir des églises, mais en plus du reste, des babas qui vendent des framboises, des réminiscence de Michel Strogoff et de la lumière entre les bouleaux.

Oui, peut-être qu'un jour, je serais tentée par les Torii ou les eaux cristallines de Vanuatu, mais c'est parce que quelque chose m'aura appelé là-bas, un ami, un tableau, une incise dans le feutre du quotidien.

Je n'aime pas le tourisme, mais la privation de voyage m'est aussi insupportable que l'éloignement trop prolongé de l'eau.

Alors, je vais partir. Je ne sais pas encore comment je vais lancer les dés, pour ouvrir la première case.
Prendre un volant et faire un blogotour? (mais, suis-je montrable en ce moment? Pas sûr... Vous avez du soapalin?)
Prendre un volant et ne se fier qu'à l'envie de cette route là, juste à droite?

Prendre le train pour une de ces gares parisiennes qui s'étoilent sur toute l'Europe et profiter de Schengen pour décider au gré des petits volets métalliques dont le bruit est aussi alléchant, aussi prometteur qu'une odeur de cannelle sortant du four?

Opter pour un tour d'iles? Un zig-zag alphabétique? Un voyage dans les Cévennes? Avec une ânesse?

J'ai envoyé des mails à des compagnies de cargos qui prennent, parfois, des passagers.
Amis canadiens, si jamais j'arrive à Montréal, passant par Gibraltar, prendrons-nous un bagel de concert?
Au bout de 15 jours de mer, à ne rien faire d'autre qu'épuiser ma pile à livres et photographier le bastingage, je serais sûrement plus montrable que maintenant.

Sait-on jamais?
Un désistement est si vite arrivé...

21 commentaires:

Denis T. a dit…

Vous à Montréal?

J'en connais plusieurs qui 'brûlent' de faire votre connaissance.

Le Québec a du coeur, vous verrez.

anita a dit…

J'y suis passé brièvement il y a quelques années.
Pourquoi croyez-vous que j'ai envie d'y revenir?
Ce serait un beau rêve de remplacement. Si cela ne peut se réaliser cette année, je le programmerai pour 2010.

valentine chacureuil a dit…

J'aime pas le soap qui pique le coeur, mais je t'envoie un câlin qui fait les doux yeux.
Et puis, regarde les étoiles. Toi tu es comme nous, tu as neuf vies et tu sais retomber sur tes grandes pattes.

samantdi a dit…

Ah oui, laisser rouler les dés et voir ce qui se dessine sur le tapis vert... Comme le pays tiré au sort au jeu de la cuisinière polyglotte.

Des bises, va.

la bacchante a dit…

Les iles indigo ont leurs portes ouvertes, elles doivent bien être sur le chemin pour le Québec...

jathenais a dit…

Si tu veux une overdose de verts, de gorges, de trous paumés, de trucs à grimper, d'églises romanes, de ruines romaines, de ptits chateaux qui poussent un peu partout, de parc naturel, à faire à pieds, en vélo, en bagnole, en montgolfière, en ce que tu veux, je te recommence mon cher t... d. c.. de région, l'auvergne a ses touristes, mais pas de masse, y'a moyen de se débrouiller tel le sauvage moyen ;-)

Sinon, j'aime bien la belgique, entre Namur et Spa, d'ailleurs, c'est finalement assez proche de mon auvergne, à part l'architecture


Quant à moi, je veux bien aller n'importe où ... sauf au boulot :'(

anita a dit…

Je connais bien l'Auvergne, j'ai habité pas si loin et c'est vrai que c'est beau et sauvage.

C'est vrai aussi que l'annulation de ce voyage, c'est un vrai MPP. ( méga -problème de privilégié!)
Mais c'était aussi un cadeau fait par plein de gens que j'aime, et qui sont tout autant, sinon plus déçu que moi.

Don't worry, il m'est arrivé de me sentir très en voyage parce que la pierre des maisons n'est pas la même quand on traverse la rivière.
Juste, ces temps-ci, j'avais besoin d'un bon gros rêve...

Traou a dit…

Des fois j'ai envie d'aller quelque part juste parce que son nom chante à mon oreille (les Iles Eoliennes m'attendent depuis un moment - c'est aussi le Stromboli de Rosselini - mais pas en juillet... Zanzibar aussi, parce que j'aime ce zézaiement-là).

Un tirage au sort, oui, entre de jolis noms de lieux, même pas loin, ou suivre une vague, une rivière, une couleur ?...

JEA a dit…

Un cargo de mer ? Belle manière de sortir de sa coquille.

Anonyme a dit…

Ya une piaule de libre dans mon appart de banlieue…

Signé : L'Ami des villes

Marianne a dit…

Partir pour arriver quelque part , et pourquoi pas ici , il y a place et un chat gris qui console en faisant ronron .

Pablo a dit…

Je suis vraiment désolé pour cette escroquerie (il me semble que de t'envoyer le passeport et le reste à une autre adresse a été quelque chose de calculé) et j'espère qu'ils te rembourseront vite. Je suis sûr que tu trouveras une "destination de remplacement" qui te plaira.

Emma a dit…

Pour la nature et les exclamations difficilement contenues au gré des chemins, pour les larmes qui montent aux yeux et les poils qui se hérissent lorsqu'on surplombe toute la baie, pour les odeurs de figuier et de pin, pour la majesté des cyprès à flanc de montagne, pour la vue qui explose au détour d'un chemin, pour les mûres et les pêches qu'on cueille à même l'arbre, pour le bruissement des feuilles et les épines qui craquent sous les pieds, pour les cristaux feuilletés et étincelants des micas, pour les ocres et les rouges dominants des roches par ailleurs, pour la montagne qui se dispute le ciel à la mer, bref, pour toutes ces exceptions fantastiques qui pourraient presque me faire oublier ma colère, tu es VRAIMENT la bienvenue dans un grand appart au pied de l'Esterel. C'est loin mais c'est beau :-)

JEA a dit…

Pour ensuire vous reposer de tant d'invitations et des multiples tour de France qui vous attendent, juste une confirmation sur le dépeuplement des Ardennes, leur caractère ombrageux pour les cacophonies et les décors artificiels !

La Marguerite du pré aux bouzes a dit…

N'a qu'a v'nir dans mon pré, reste ben un bon coin sans bouze la loin du chêne près du ruissiau. Un bon liv' ...mais y'a pas la mer...

anita a dit…

Vous venez de me donner matière à 10 voyages!
Vous êtes des amours.

Je suis en train d'étudier un plan deuxième rêve. Je n'en dis pas plus pour l'instant et veuillez noter que j'ai une main aux doigts croisés derrière mon dos et l'autre agrippée au dossier de la chaise en bois.
(Mais avec quoi elle tape alors?)

Emma, votre très beau commentaire me réconcilie avec les rêves de Sud. Comme vous en parlez bien!
L'été chez vous m'effraie toujours un peu. Mais le parfum...
Ce ne sera pas pour cette fois, mais un jour, je vous prendrais au mot.

D'ailleurs, j'ai bien l'intention de vous tous au mot un jour, Marianne, la Marguerite, Jath et Denis, bien sûr.
Et si vous décidez de suivre le soleil, la maison vous est de même ouverte. (Valantine, y plein de croquettes et des dodues souris...)

Jea, ce n'est pas impossible que ma route passe près de chez vous.

Les autres, vous connaissez déjà le chemin du phare Ouest...

Merci à vous tous. Sans qu'il ait péril en la demeure, c'était triste comme un soufflé aplati.
Pinaise qu'est-ce que c'est bien, les blogues!

Moukmouk a dit…

C'est vrai que le voyage en cargo c'est fantastique pour se sentir le temps. Bon vent !

Fauvette a dit…

Merde, si je priais je le ferais pour toi, pour que ça marche.
C'est l'intention qui compte non ?

Je t'embrasse.

Sar@h a dit…

Sinon 80 km plein Nord, l'invitation du thé tient toujours. Par contre je préviens, chez moi c'est le bazar !

Pour les cargos ça m'intéresse aussi …
Sinon, l'an passé, je suis arrivée dans une agence de voyage, j'ai donné mon budget, des idées Amsterdam, Les Îles grecques, Lisbonne, Essaouira (Une idée de Boutoucoat) … Vous me trouvez un endroit.

Il y a deux ans j'ai fait une croisière dans les îles croates, sur un voilier (la honte, si on m'avait dit) mais le programme était ainsi : Matin navigation, escale avec baignade, repas, re-baignade (pendant que l'équipage mangeait), navigation et arrivée dans un port en fin d'après-midi… quartier libre. J'ai pu traîner dans les ports, etc. sans la compagnie des autres. Ça m'a bien plu.
Ce que je crains sur les cargos, être si proche de l'eau et ne pouvoir nager !

En attendant, je vous prête le proverbe qui m'accompagne depuis qu'une c—nne de prof de maths m'a orientée "À quelque chose, malheur est bon."

anita a dit…

@ Fauvette : faudrait inventer le prière laïque!
@sar@h : remarque, la Baltique, même en juillet... J'aurais moins de regrets que lors d'un trip aux Marquises :-D

Denis T. a dit…

@Anita.

À vous lire dans Chroniques blondes, je sens que vous aimeriez y revenir.