29.2.12

366 réels à prise rapide. Aujourd'hui, jour en trop

Moije trouve que dans les jours qu'agsistent pas, on al le droit de mettttre les leettttres en pluss même dans les mots en moinsss.
Alorse, j'ai écriée des choses pas sérieusantes à quelqu'un que j'aime bien beaucoup et des trucalires à quelque dégun que je connaissiait pas du toutte.

Et pis si y a vraimente trop de trucalires en trop, c'est que j'ai encore paumationné mon sécateur que j'usois usuellement pour les branches et puis les mots et puis moncoeur aussi.
Les sécateurs se planquettent les 29 févriers. Tout lemonde y sait.

28.2.12

366 réels à prise rapide. Aujourd'hui, froid

La consigne d'aujourd'hui tombe juste un jour annonciateur. C'est le nez, le premier, qui m'en avertit. Plus rapide que la joue, pas encore éveillée, plus sensible que l'œil qui ne cille pas encore, le nez dès les premiers pas dans mon jardin, m'avertit que le froid a desserré son emprise.

Ça sent la terre dépliée, la jacinthe et d'un seul coup, venue en bouffée du jardin voisin, une irrépressible, magique, charnelle odeur de mimosa.

27.2.12

366 réels à prise rapide. Aujourd'hui est slogan publicitaire pour vous vendre

Aujourd'hui est un slogan publicitaire pour vous vendre un quotidien.
Mais demain est un slogan publicitaire pour vous empêcher de le lire.

26.2.12

366 réels à prise rapide. Aujourd'hui, machine

Machin, machine.
Machines de guerre, comme les effrayantes machines à tuer de l'industrie du tabac. Complaisances presque machinales.
Trop tard pour faire machine arrière?
Machines folles, poétiques machines de l'Ile, qui toujours m'émeuvent et me surprennent.
Machines administratives qui font des hôpitaux des machins sans âmes.
Théâtrales machineries de ces élections dont on voit les grosses ficelles.
La petite machine solidaire, la machine à café, chez machin...
Relancer la machine?
Allez, ce truc en 366 est une jolie machine à écrire.

25.2.12

366 réels à prise rapide. Aujourd'hui, moi je

Pour un couple, les retours de vacances sont parfois l'occasion de mises au point. Qui peuvent être dérangeantes. Mais qu'il faut savoir affronter, sous peine de voir le réel vous revenir un jour, brutalement, en pleine figure.
Au bout de vingt ans de vie commune, nos habitudes se sont émoussées, nos rites ont tendance à s'effriter, notre routine, pourtant précieuse, a tendance à se dissoudre.
Et aussi important et , désormais, sans doute inévitable, que cela paraisse, je ne suis pas sûre qu'il soit bon de faire reposer notre couple sur le seul fait que nous nous aimons.

24.2.12

366 réels à prise rapide. Aujourd'hui, parce que je le vaux bien

Ah non! Ne me dites pas que cette journée d'anicroches, d'emmerdements, de tracas, de mesquineries, de couilles dans le potage, d'embrouillaminis, d'avaro, de merdouilles, de chiendent coriace, d'emmouscaillement, de clous rouillés et de moules à gaufres, c'est parce que je le vaux bien.

23.2.12

366 réels à prise rapide. Aujourd'hui, musique.

Plus que la musique, j'aime la chanson. La chanson de rue, celle qui traîne et engoue, celle qu'on entonne avec encore moins de justesse que de vergogne quand on est seul en voiture, celle qui glue et qu'on maudit, celle qu'on reprend, en connivence avec le sourire de l'autre. La chanson, c'est de la musique qui n'a souvent l'air de rien, qui se déguise en bonne fille pour masquer la précision avec laquelle, parfois, elle vous troue le cœur.


(dédicace à CC, si par hasard il passe encore ici)

22.2.12

366 réels à prise rapide. Aujourd'hui, quelque chose marqué sur un objet

Je rentre chez moi. Très longtemps, cette phrase signait le retour accepté, obligé, la pente à nouveau descendante.
Depuis que j'habite là, l'idée de rentrer me remplit du désir de retrouver la mer et le vent.
Cette fois ci, je note que la ville à coté de laquelle j'habite n'apparait que très tard sur les panneaux, juste en fin de parcours. C'est pourtant une préfecture, mais dissimulée par une voisine plus grande. Cela renforce mon sentiment d'habiter au bout du monde.

21.2.12

366 réels à prise rapide. Aujourd'hui, hygiène.

Hier, j'ai raté, oublié, esquivé le thème " ce qui pourrait me faire passer pour fou".
Au fond, dans un sens ou dans un autre, l'hygiène mentale n'a jamais été mon fort. Est fou chez l'autre ce qui menace mon propre semblant de linéarité et je dois admettre qu'il puisse en être de même pour l'autre.
Mais je sais que le voyage, le déplacement, le paradoxal repos de l'œil sur le neuf, fait partie de mon hygiène la plus essentielle. L'inconnu comme un drap frais et blanc, comme une eau pure, le mouvement comme un drain.
Je suis en voyage.

PS : Yves Barré s'y met aussi
et c'est comme toujours réjouissant. Salutaire?

19.2.12

366 réels à prise rapide. Fragment d'aujourd'hui raconté en fait divers.

Dans ce quartier tranquille de B., les habitants évitent les reporters. On est entre soi et il est difficile de se faire une idée des évènements qui se sont déroulés dans ce pub irlandais. Le patron ne se souvient de rien. Le garçon essuie ses pintes sans rien dire. Il finira par avouer qu'elles étaient trois. Deux ont dîné d'un hamburger, la troisième a pris une patate au four. Ce que confirme le laboratoire de l'institut médico-légal. Par contre, aussi étonnant que cela puisse paraître, aucune n'a pris de dessert.
Notre reporter insiste. Pas même de Cheesecake? Non. Le garçon finira par lâcher un indice : elles riaient beaucoup.

18.2.12

366 réels à prise rapide. Aujourd'hui, sonnerie

Et bien non, pas de sonnerie. Pas de réveil, pas d'autre scansion du temps que de considérer le moment advenu et d'en faire ce que bon nous semble. S'étirer dans la flaque d'un premier soleil, boire un excellent bordeaux, prendre cette rue là parce que la moustache d'un chat nous y invite, se rasseoir.
Ne pas même avoir la tentation de remplir un programme de visite, accepter qu'il nous en échappe tant qu'on reviendra peut-être.

16.2.12

366 réels à prise rapide. Aujourd'hui, liste à faire demain sans faute

Poser ses valises.
Prendre le temps de savoir comment fonctionnent les bus, le tram.
Chercher un endroit où manger ce soir, demain aussi.
Pour après-demain, faire confiance au pur hasard.
Décider si je prend tous les objectifs, ou un seul.
Essayer de comprendre comment s'offre cette ville.
Déambuler.
Chercher les lumières, les accents, les appropriations spontanées de ce banc là plutôt qu'un autre, de cette place-ci.
Etre en visite.

15.2.12

366 réels à prise rapide. Aujourd'hui, serrer

"Serrez ma haire avec ma discipline."
Je ne sais pourquoi ce vers de Tartuffe m'est revenu, à l'énoncé du jour.
Rien de plus éloigné de mon quotidien pourtant. Je ne serre que le café, de préférence avec un chocolat.

14.2.12

366 réels à prise rapide. Aujourd'hui, action de votre corps. Que des verbes.

Ouvrir, se baisser. Trier. Jeter? Jeter. Explorer, froncer le nez.

Soupirer.

Jeter.
Reprendre
Rejeter.
Soulever, empiler. Fouiller. Replacer.

Remettre à plus tard.

Aspirer. Nettoyer. Brosser. Epousseter. Désabler, décaillouter, décoquillager, défeuillesmorter. Rincer. Se tremper. Sécher. Vider. Débrancher. Ranger.
Remonter. Tout saloper.


Merde. Ça gsiste vraiment, des gens qui lavent leur voiture plus d'une fois par an?

13.2.12

366 réels à prise rapide. Aujourd'hui, végétal




C'est la fin de mon tomatier saugrenu. Il a surgi fin août, au pied de l'olivier en pot, surprise d'un compost pas complètement métabolisé. La sage-femme lui prédit une courte vie, mais tout de guingois qu'il fut, il a bravement poussé ses petites tomates cerise tout l'hiver. Je songe aux multiples façons dont les plantes tiennent à la terre. Racines uniques, radicelles enchevêtrées, profondes, superficielles, celles qui se groupent et celles qui s'isolent, celles qui s'arrêtent à la limite de l'ombre.
Et...

12.2.12

366 réels à prise rapide. Aujourd'hui, l'imprévu.

Ecrire comme on joue à la marelle. Un pied, deux, petits cailloux à pousser, vacillement. Rarement jusqu'au Paradis, on mordra la ligne avant ou on oubliera. Pourtant, comme ils sont tentants, ces 366 réels à prise rapide. L'occasion, imprévue, de réouvrir l'espace de jeu.

100 mots maximum, le cailloulipo est léger. 366 fois de suite? C'est moins sûr.